Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Sahara Espoir (أمل ااصحراء)
  • : Notre association a pour but d'aider les populations démunies, à améliorer leurs conditions de vie par le développement économique pour une prise en charge de l'individu par son travail, la santé, l'éducation et le social.
  • Contact

Compteur de Visites

 Il y a    personne(s) sur ce blog

Traducteur

royaumeuni   drapeau-italie   spain   images  drapeau-Tunisie

15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 16:12

 

Initiative humanitaire :
un conteneur de 30 m3 partira en Tunisie

A Clécy, Christine Hédou récupère du matériel pour aider les élèves et les hôpitaux en Tunisie. Elle se fait le relais d'une opération lancée par Sahara Espoir.

Publié le 24/05/2012 à 21:29 par sophiebouchet
Christine Hédou et Sylvie Eudeline récupèrent du matériel scolaire.

Christine Hédou et Sylvie Eudeline récupèrent du matériel scolaire.


Il n’est pas toujours indispensable d’être volontaire dans une grande association pour se lancer dans des initiatives humanitaires.  Sylvie Eudeline et son amie, Christine Hédou de Clécy, ont quitté les grands circuits associatifs, lassées par les lourdeurs administratives. Mais animées par la volonté de venir en aide, elles n’ont pas cessé leurs actions. Jusqu’à juillet, elles récupèrent du matériel scolaire, des médicaments, etc., qui seront envoyés dans des familles pauvres, en Tunisie.
À l’origine de ce projet, il y a Sylvie Eudeline. Cette Haut-Normande qui se rend régulièrement en Tunisie, a décidé de créer son association dont elle est la principale actrice : « Sahara espoir ».

Des micro-projets
« Je l’ai créée en 2010. Je faisais beaucoup d’allers et retours en Tunisie. Plutôt que de donner de l’argent pour la nourriture, j’ai décidé de les aider à monter des projets. Pour vivre, ils veulent du travail et s’en sortir dans la dignité », raconte Sylvie Eudeline. En 2010, elle obtient alors un agrément avec un office de tourisme pour quelques habitants qui ont décidé de monter un camp. Puis, elle achète en Tunisie plusieurs kilos de nourriture à partir de 300 euros de dons récoltés en France.

Un relais en Suisse normande
En prenant contact avec des associations tunisiennes, elle lance cette année une nouvelle opération, aidée par Christine Hédou, son relais à Clécy. « J’ai découvert que les enfants sans matériel scolaire n’avaient pas le droit d’entrer dans les écoles. Je veux donc récupérer des cartables, des cahiers, etc. Par ailleurs, je récupère du matériel médical pour l’hôpital de Gabès. Je cherche aussi une machine à coudre le cuir ». Pas évident a priori, et pourtant Sylvie Eudeline a déjà trouvé une couveuse.
Aidée par deux associations locales qui l’assisteront sur place, elle a prévu d’envoyer le fruit de ses récoltes par le biais d’un conteneur, transporté en bateau jusqu’en Tunisie. « Il est de 30 m3. J’ai déjà 7 m3 de dons chez moi », remarque Sylvie Eudeline. Il reste beaucoup à rassembler jusqu’à l’envoi en août mais les deux amies sont confiantes. « Je récupère des dons à Clécy, que j’emmènerai chez Sylvie », explique Christine Hédou. Elle invite les habitants de la Suisse normande volontaires à la contacter pour lui apporter leurs contributions.

Tags :  -  -  -  - 
Partager cet article
Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 19:08

Article publié sur Internet le 11 mars 2011 ,

pour l'action de l'Association et ce pourquoi elle est née :

L'espoir d'une vie meilleure pour les familles en grande difficulté.

 

 

 

Mille & 1 tunisie : Le Sahara reprend espoir

Le Sahara reprend espoir

Vendredi, 11 Mars 2011

 

 

Née d’un amour profond et sincère pour la Tunisie et les Tunisiens, l’association française Sahara Espoir  (أمل ااصحراء) a vu le jour le 19 juillet 2010. Au fil de ses voyages en Tunisie, Sylvie Eudeline, sa Présidente, a pu remarquer la précarité dans laquelle étaient plongées certaines régions tunisiennes, notamment celles du Sud. Vivant à la limite de la misère, certains Tunisiens, et surtout les jeunes, sont pourtant diplômés. Malheureusement, très peu d’entre eux arrivent à décrocher un bon travail qui leur permette de vivre dignement. Face à ces réalités terribles, Sahara Espoir se propose d’appuyer et de soutenir les porteurs de projets tunisiens. En coopération avec les différents organismes locaux, l’association compte soutenir différents investissements en leur apportant une aide matérielle et technique.
Le crédo de l’association est «L’Espoir d’une vie meilleure pour des familles en difficulté». Ses objectifs majeurs sont que « chacun puisse manger à sa faim, boire de l'eau potable, se soigner, être décemment vêtu et que les enfants puissent se rendre à l'école plus facilement. »
Tout projet parrainé par l’association devra à moyen et long terme devenir une source de revenus stable et permette à l’individu de vivre décemment ainsi que sa famille.

La dernière action de l’association remonte à quelques jours. Ce n’est pas un projet qui a été financé mais des dons distribués à des familles nécessiteuses de Douz, oasis du Sud Tunisien et des villages de Mdhillah et de Ségui, régions montagneuses du Sud tunisien. Des denrées alimentaires ont été offertes à des familles vivant, selon le témoignage de membres de l’association, dans des conditions effroyables de pauvreté : pieds nus, maigres, insuffisamment habillés, ne mangeant jamais à leur faim, manquant de tout et loin de tout, etc.


L’association compte revisiter ces familles une deuxième fois pour leur distribuer des vêtements et des couvertures chaudes pour pouvoir affronter le froid particulièrement agressif la nuit dans le Sud.

L’association s’apprête également à venir en aide aux réfugiés aux frontières tuniso-libyennes, ayant fui en masse la Libye suite aux violences quasi-quotidiennes qui y sont perpétrées depuis le soulèvement populaire contre Kadhafi.
Pour devenir membre de Sahara Espoir, il suffit de remplir le bulletin de soutien pour l’année 2011 via le web. Toute personne adhérant à la philosophie à l’association est la bienvenue. Les dons collectés sont la seule source de financement des projets en Tunisie. L’association s’engage à tenir continuellement informés ses membres sur l’utilisation de leurs dons.

Présidente de l’association : Sylvie Eudeline
Association numéro : W762004367, loi 1901
Adresse : Sahara Espoir,76330 Notre Dame de Gravenchon, France
E-mail : saharaespoir@yahoo.com

Téléphone : +33 6 73 61 38 43 

Rym Ben Arous

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 16:43

 

Article publié sur Internet le 02 mars 2011 ,

suite à la distribution des produits alimentaires de première nécessité en Tunisie

dans la région de Gafsa.

 

 

Mille & 1 tunisie :

Pour l’amour des autres  

Mercredi, 02 Mars 2011

 

Avant le 14 janvier, ils menaient une vie paisible à Ségui Mdhillah dans le Grand Sud tunisien. Fervents défenseurs du tourisme durable, Véronique et Lotfi y possèdent un charmant éco-gîte familial et rural. Mais depuis le début des révolutions tunisienne et libyenne, leur quotidien a considérablement changé.

Plus question de stagner, il est temps de bouger et d’agir. Et c’est en coordonnant leurs efforts avec l’association « Sahara Espoir » qu’ils ont pu aider des familles démunies. Mieux encore ! Ils s’apprêtent à accueillir une famille de réfugiés libyens dans leur gîte. Interview de deux passionnés au grand cœur grand comme le Désert.


Mille et une Tunisie : Pourquoi avez-vous décidé de vous impliquer dans des actions caritatives?

L’été dernier, Sylvie , la fondatrice de l’association « Sahara Espoir » est venue chez nous en tant qu’hôte. Elle nous a parlé du combat qu’elle mène pour soutenir et aider les porteurs de projets tunisiens. Depuis, nous sommes restés en contact. Suite aux derniers événements en Tunisie, elle nous a appelés pour nous dire qu’elle avait des dons qu’elle voulait remettre à des gens nécessiteux. C’est là que nous avons commencé à nous impliquer. Nous avons d’abord sélectionné 5 familles vivant très en dessous de la moyenne. Quatre d’entre elles habitent au village de Mdhilla et une dans le Djebel du village de Ségui. Nous leur avons distribué des denrées alimentaires (pâtes, huile, concentré de tomate, lait, etc.) Le pire avec ces familles c’est que les hommes travaillaient presque tous en Libye. Avec la révolution libyenne, le génocide perpétré là-bas et les mauvais traitements infligés aux tunisiens, tous ont du quitter la Libye précipitamment et n’ont même pas eu leur dernier salaire. C’est dire l’ampleur de la catastrophe avec des centaines de familles aujourd’hui privées de leurs sources de revenus.

 

Cliquez ici pour lire l'article sur la distribution alimentaire 27-28 février 2011

 

Dans notre souci d’aider le plus de gens possible, nous nous sommes portés volontaires pour accueillir chez nous une famille de réfugiés libyens. Nous leur offrirons le gîte et le couvert le temps que les choses se calment et qu’ils puissent retourner dans leur pays.


Mille et une Tunisie : Avez-vous peur de l’avenir ?
Certainement que nous avons peur. Mais lorsqu’on voit l’afflux massif des réfugiés et l’ampleur de la catastrophe qui se profile à la frontière tuniso-libyenne, on relativise. C’est l’impression très désagréable d’être ignorés par la communauté internationale qui est la plus dure à gérer.
Pour en revenir au gîte, heureusement qu’il ne représente pas notre principale source de revenus. Nous avons dès le début décidé de ne pas compter sur un revenu touristique pour subvenir à nos besoins car on ne sait jamais… Avec la baisse conséquente du nombre de clients, ce n’est pas à nous que nous pensons mais aux femmes des campements qui animaient des stages de poterie et de tissage. Même si cela ne leur rapportait pas grand-chose mais au moins elles étaient heureuses de pouvoir acheter un petit vêtement de temps en temps à leurs enfants.


Mille et une Tunisie : Véronique, face à l’incertitude de l’avenir qui se dessine en Tunisie, ne préférez-vous pas retrouver la quiétude de la France ?
Jamais de la vie ! D’abord parce que j’ai été accueillie en Tunisie comme jamais je ne l’aurai été en France. Je ne parle évidemment pas des sourires qui enthousiasment tant les touristes. Je parle de la chaleur humaine, la vraie que j’ai rencontré ici. Ensuite, en pensant à la Tunisie, une chanson de Christophe Maé me revient sans cesse :

« C'est ma terre où je m'assois, ma rivière, l'eau que je bois, qu'on n'y touche pas. C'est mes frères autour de moi, mes repères et ma seule voie, qu'on n'y touche pas. »

Jamais je n’abandonnerai mes frères et surtout pas quand ils ont le plus besoin de moi.


Mille et une Tunisie : Dorénavant, comptez-vous vous impliquer plus dans le domaine caritatif ?
Oui, nous espérons adhérer au volet soutien des projets de l’association « Sahara Espoir ». Nous comptons également nous impliquer plus pour un éco-tourisme durable en Tunisie en adhérant à un projet d’association en cours.



Propos recueillis par Rym Benarous

Partager cet article
Repost0